- -

la fecondation

- - ::   :: 

      

la fecondation

    09, 2009 4:01 pm

:


:




-
-



: 435






[ ]








Embrylogie








2.1. Dfinition
La fcondation est la fusion du gamte mle avec le gamte femelle.
Cette fusion aboutit la formation d'une cellule unique : le zygote (ou
embryon de stade 1 cellule). Elle a lieu dans l'ampoule de l'oviducte chez les
mammifres et dans l'infundibulum chez les oiseaux. La fcondation est donc
prcde par la libration de l'ovule : c'est la ponte ovulaire ou ovulation et
la libration des spermatozodes ou jaculation. La rencontre des deux gamtes
s'opre l'issue d'une insmination naturelle appele aussi accouplement (ou
cot) ou l'issue d'une insmination artificielle (in vivo dans le tractus
gnital de la femelle ou in vitro en "prouvette"). Chez la plupart
des mammifres, si la rencontre n'a pas lieu endans les heures qui suivent
leur libration, les gamtes dgnrent (tableau 2.1.)
Gnralement, l'ovule non fcond dgnre aprs quelques heures. Le
spermatozode a une dure de vie quivalente ou lgrement suprieure avec
quelques exceptions notes en gras. Dans le cas de la chauve-souris, cette
fcondation diffre est une adaptation au climat des zones tempres. Les
accouplements s'effectuent en automne et en hiver mais l'ovulation et la
fcondation au printemps (i.e. Pipistrellus pipistrellus)
(1) La priode de fcondabilit de l'ovule est plus importante chez la chienne
car l'ovocyte expuls doit raliser ses deux divisions de maturation.

car ces individus sont
dpourvus d'oviducte, d'utrus et de la partie suprieure du vagin (figure
2.11).
Un autre cas de pseudohermaphrodisme mle se rencontre chez les Schnauzers
nains qui prsentent des testicules atrophis et cryptorchides, des conduits
mles et femelles, un pnis normal et une gyncomastie. Ce type de
pseudohermaphrodisme mle est d un dfaut d'AMH ou du rcepteur de cette
hormone. Le tractus gnital se masculinise sous l'action des andrognes mais
l'absence d'AMH ou de son rcepteur entrane la persistance des canaux de
Mller et de ses drivs (oviductes, utrus, partie crniale du vagin).
2.5.1.3.6. L'inversion sexuelle
Une inversion sexuelle s'observe lorsque le sexe gntique est l'oppos du sexe
gonadique et phnotypique. Le cas le plus frquent concerne les mles XX. Ils
rsulteraient d'une translocation sur le chromosome X de la rgion du
chromosome Y portant le gne Sry. Ce gne code pour un facteur de transcription
qui est le "commutateur primaire" (main switch) de la dtermination
du sexe mle. Ces mles XX sont cependant striles parce que la seule prsence
du gne Sry ne semble pas suffisante pour assurer le dveloppement complet du
tractus gnital mle.
Les femelles XY sont plus rares (figure 2.11). Elles rsulteraient d'une
mutation ponctuelle du gne Sry qui rend le facteur de transcription inactif ou
d'une dltion du fragment du chromosome Y portant le gne Sry. Elles sont
galement striles.
Il existe cependant au moins deux espces de mammifres chez lesquelles on
observe l'existence physiologique de femelles XY fertiles : le lemming des bois
(Myopus schisticolor) et le lemming variable de l'Arctique (Dicrostonyx
torquatus). Les mles sont normaux (XY).
Chez la premire espce, il existe 3 types de femelles (cf. figure 2.14) :
a) les femelles normales XX dont la sex-ratio des jeunes est de 1 : 1.
b) les femelles XX* dont un chromosome sexuel (X*) porte un gne qui inactive
l'action de masculinisation du chromosome Y. La sex-ratio des jeunes est de 3
: 1.
c) les femelles X*Y dont la sex-ratio des jeunes est de 4 : 0 et qui donc ne
produisent que des femelles. Il a t dmontr que chez les femelles X*Y, le
chromosome Y est activement limin chez les cellules germinales et que le
chromosome X* est ddoubl par non-disjonction. Tous les ovules produits sont
donc porteurs du chromosome X*. Fcondes par un mle XY, ces femelles X*Y
donnent naissance des femelles X*Y et XX*.

Chez le lemming variable de l'Arctique (Dicrostonyx torquatus), il existe
galement trois types de femelles (figure 2.15) : les XX normales, les XX* et
les X*Y mais la diffrence de l'espce prcdente, les femelles X*Y
produisent des mles normaux XY. L'explication la plus plausible suggre que le
chromosome Y n'est pas limin et que ces femelles produisent donc des ovules
X* mais galement des ovules Y. S'ils sont fconds par un spermatozode Y, le
dveloppement du zygote YY s'arrte prcocement car la prsence d'un chromosome
X est indispensable au dveloppement embryonnaire. Par contre, fconds par un
spermatozode X, ces ovules Y mnent la naissance d'un mle normal XY.
Remarque : dans la littrature, le terme d'inversion sexuelle est galement
utilis pour dsigner les processus de protogynie et de protandrie, les cas
d'hermaphrodisme et de pseudohermaphrodisme o le sexe phnotypique est franchement
affirm (mle ou femelle) et oppos au caryotype sanguin (XX ou XY) et mme les
cas de transsexualit (espce humaine).
2.6. Les anomalies par mutation de
l'ADN mitochondrial
Les mitochondries, souvent dsignes comme les "centrales
nergtiques" de la cellule, possdent leur propre ADN et se rpliquent
par elles mmes. LADN mitochondrial (ou mtADN) contient linformation pour la
synthse de 13 polypeptides, sous units d'enzymes-cl du mtabolisme
nergtique (cytochrome c oxydase, ATPase,...); 22 ARN de transfert (ou tARN)
et 2 molcules dARN ribosomial (ou rARN). Comme elles sont indispensables la
survie cellulaire, une anomalie de l'ADN mitochondrial peut avoir des
consquences dramatiques pour l'individu. Les affections du gnome mitochondrial
provoquent surtout des encphalo-myopathies (maladies neuro-musculaires) et
plus rarement des troubles pancratiques, hmatopotiques et optiques (maladie
de Leber ou atrophie optique hrdit maternelle). Les deux processus
responsables de ces affections du gnome mitochondrial sont la dltion et la
mutation ponctuelle. Gnralement, ces mutations sont htroplasmiques car
elles ne concernent qu'une partie de la population de mitochondries. La
svrit des troubles cliniques dpendra de la nature de la mutation et de la
proportion des mitochondries mutes. Une mutation homoplasmique porte, elle,
sur toutes les mitochondries (ex. maladie de Leber). Lorsque ces affections
sont hrditaires, elles reconnaissent le plus souvent une origine maternelle
puisque les mitochondries paternelles sont limines peu aprs la fcondation.
Dans la plupart des cas, ces affections mitochondriales sont sporadiques et
rsultent d'une mutation de novo.. Enfin, certaines dltions mitochondriales
sont suspectes de participer au processus de la snescence de l'individu car
la proportion de mitochondries anormales passe de 1/100.000 chez le foetus
1/1.000 chez l'adulte.
Beaucoup de mutations de lADN mitochondrial nengendrent aucun trouble. Ces
mutations neutres sont trs tudies pour reconstituer larbre phylogntique
dune espce. En effet, le mtADN volue, mute plus vite que lADN gnomique.
Son horloge molculaire tourne plus rapidement, ce qui permet dtudier
lvolution gntique dune espce au cours de priodes de temps rduites, de
lordre de 5 100.000 ans (par comparaison lhorloge molculaire de lADN
gnomique, plus adapte des priodes de lordre de plusieurs millions
dannes). Il faut cependant retenir que la prcision de ces horloges
molculaires est thorique car il semble que toutes les parties dun gnome
(mitochondrial ou nuclaire) ne varieraient ni la mme vitesse, ni de faon
constante !


2.7. Les hybrides
Un hybride est un animal dont les parents appartiennent deux espces
distinctes mais proches sur le plan taxonomique (mme genre). Gnralement, ces
hybrides sont striles car ils hritent de leurs parents deux complments
gntiques suffisamment diffrents pour empcher la miose de leurs cellules
germinales de s'effectuer, mais suffisamment semblables pour permettre leur
dveloppement embryonnaire. L'exemple le plus connu est l'hybride obtenu par
croisement entre le cheval (Equus caballus) et l'ne (Equus asinus). Le mulet
(ou la mule) est le produit d'une jument et d'un ne et le bardot celui d'une
nesse et d'un talon. Il existe de nombreux autres exemples d'hybrides chez
les mammifres (et davantage chez les oiseaux). Le tableau 2.5 reprend quelques
exemples d'hybrides rencontrs chez nos mammifres domestiques.










-






bounce
avatar
.
.


sms : sms
:
:
:
:
 : 23
: 9677
 : 31/12/2008


http://www.dzvet.net

    

: la fecondation

   abdelhake 10, 2009 11:33 am

...
avatar
abdelhake




sms :

:
:
:
:
 : 1984
: 11827
 : 06/06/2008


http://batnauniv.mountada.biz

    

: la fecondation

    10, 2009 1:57 pm



avatar




sms : sms
:
:
:
:
 : 534
: 9787
 : 27/06/2009


    

: la fecondation

    10, 2009 5:23 pm

merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii




    

: la fecondation

   badrocabba34 14, 2010 12:58 pm

slt merci rak hanitna merci

badrocabba34




sms : salam
:
:
:
:
 : 1
: 8587
 : 17/12/2009


    

      


- - ::   :: 

 
: